VO CO TRUYEN PARIS

vo co truyen ou viet vo dao ?

Le Vo Co Truyen (Vietnam) et le Viet Vo Dao

On définit souvent le vo co truyen (Vietnam) par sa dimension fédérale et donc sportive,
comprenant les Quy Dinh (enchaînements codifiés communs aux écoles), son bo vo phuc noir (vêtement pour la pratique martiale),
ou bien son système de grade par cap, qui reprend les 5 éléments.

Mais le vo co truyen (Vietnam) est avant tout la traduction approximative des arts martiaux traditionnels Vietnamiens.
C’est un terme générique. Certaines écoles (principalement en Occident) lui préfèrent le terme de Viet Vo Dao, appellation empruntée au Vovinam
vers la fin des années 70 par la 1ère Fédération Française d’arts martiaux Vietnamiens (comprenant également l’école vovinam).

Quoi qu’il en soit,  l’appellation seule ne fait pas la pratique. Les arts martiaux traditionnels vietnamiens sont avant tout
riches d’une culture 
plusieurs fois millénaire et donc l’enseignement au sein des écoles se transmet par le biais d’un maître,
avec l’aide d’instructeur(s).


On y retrouve le travail à mains nues et avec armes, la pratique des arts internes et externes, l’enseignement de la stratégie 

et parfois même encore de la médecine traditionnelle, de la calligraphie …


Les arts martiaux traditionnels Vietnamiens (AMTV) sont non seulement riches de techniques, mais ils permettent d'apprendre
la capacité 
à se mouvoir rapidement. L’art du déplacement au sein des AMTV est en soi un art à part entière.



Il existe de nombreuses écoles d’arts martiaux traditionnels vietnamiens.
Qu’elles soient nées au Vietnam ou non, 
toutes bénéficient du même droit à la reconnaissance.


Alors pourquoi semble t’il y avoir une opposition entre les écoles dites « Viet Vo dao » et celles dites «Vo Co Truyen » ?

En réalité, c’est plus le fruit d’une incompréhension mutuelle. 


Les écoles qui se revendiquent « Viet Vo Dao » sont attachées au système mis en place par le conseil des Maîtres 

de la Fédération Française de Viet Vo Dao et donc aux valeurs qu’ils ont transmis.

Les écoles « Vo Co Truyen » ont choisi de se développer suivant le modèle proposé par la fédération Vietnamienne
(la lien doan vo thuat co truyen Viet Nam).



Mais ces deux systèmes, contrairement aux apparences - ou aux dires - ne sont pas opposés, mais complémentaires.
Le terme « Viet Vo Dao »  désigne la voie de l’art martial Vietnamien et le « Vo Co Truyen Vietnam »
les arts martiaux traditionnels Vietnamiens.


Quoi qu’il en soit, ces termes ne sont en rien les noms des écoles, mais juste des noms génériques. 

Une école peut donc utiliser à la fois les termes « Viet Vo Dao » et Vo Co Truyen Vietnam »,
avec le nom de son école, 
donnant « Viet Vo Dao Vo Co Truyen » tout comme le Vovinam le fait depuis des dizaines d’années :
« Vovinam Viet Vo Dao ».



Aujourd’hui, utiliser le terme « vo co truyen »  est symbolique du choix d’une école à vouloir participer
internationalement au développement du vo co truyen. 

Le terme Viet Vo dao montre son attachement à la culture de son école et à son maître.


Le système proposé par les fédérations de vo co truyen n’est pas rigide. 
Il n’oblige pas à apprendre 18 nouvelles leçons
mais juste une seule. C’est d’une certaine façon une main tendue vers autrui.


On peut donc très bien imaginer qu’une école vovinam qui souhaiterait apprendre un Quy Dinh serait également vo co truyen :

« Vovinam Viet Vo Dao Vo Co Truyen ».

Même si le vo co truyen actuel est basé sur ce modèle vietnamien, la création (dans un avenir proche)
de la Fédération Internationale de Vo Co Truyen Vietnam composée des Fédérations Nationales de Vo Co Truyen Vietnam,
permettra de décider ensemble d’un programme commun, règlement de compétition, système de grades, tenues … 

Rien n’est figé bien au contraire. Le but étant de décider collectivement du développement des AMTV,
pour sauvegarder le fabuleux patrimoine que sont les AMTV.

tof/vtn

source